Skip to content

Our house

Bon, ça fait longtemps que dure cette histoire. Trop longtemps que je ne me décide pas à jeter une bouteille à la mer ici. Non non, pas de détresse du tout, il s’agit juste de donner une petite chance au hasard de la toile. Parce que ça ne se fera pas sans en parler.

Cette histoire d’habitat partagé, on en avait un peu parlé en 2010 avec la Fille Aux Craies, avec un enthousiasme fébrile, on avait un peu les mêmes rêves alors on s’était dit chiche, et l’autre avait répondu kebab. On avait commencé à se renseigner et puis après elle est morte. Ça a un peu compromis le projet.

Toute seule, aller chercher des inconnus, c’est beaucoup moins sympa, et pas trop dans mon tempérament d’oursonne 8 mois par an. Mais ça continue à me trotter doucement en tête, régulièrement. Mes envies changent un peu, mais l’esprit reste.

Et on est pas mal, sur les réseaux, à se dire souvent « mais oui » quand on l’évoque, mais sans jamais aller plus loin. J’en sais quelques uns avec qui je me sentirais vraiment de bâtir ce genre de projet. Alors je me dis que ça vaut le coup d’ouvrir une porte ici. Je vais poser ce que j’ai en tête en vrac, l’idéal, le réaliste, le ferme, le négociable, et on fera le tri plus tard. Et si ça fait le moindre écho en toi, on en discute.

Habitat groupé, partagé, participatif, coopératif, co-habitat, je ne sais pas quel est le meilleur terme.

L’idée c’est : chacun chez soi, mais on fonctionne ensemble, on partage tout ce qui ne nécessite pas une possession constante.

Chez soi, on a tout ce qu’il faut de pièces pour : dormir, se laver, cuisiner, vivre, parce qu’on est pas des hippies. Bon un peu, mais juste un peu, quoi. Un vrai logement, où si on ne veut voir personne pendant une semaine, c’est possible. Chacun est libre de se créer les espaces dont il pense avoir besoin en privé.

Ensemble, on peut partager plein de choses dans une partie commune : une grande salle de réception, loisirs, ou repas, avec une grande cheminée. Une lingerie, un atelier avec plein de scies d’outils, une tondeuse, parce que oui on peut partager un maxi jardin aussi, travailler à un génial potager.
Une salle de sport, ou de musique, une salle de jeux, un portique pour les gosses, un barbec, un appareil à raclette (oui tavu, je suis même prête à ce partage des plus intimes), une télé, une voiture, ou au moins des trajets. Ah oui, moi je VEUX une véranda, ou ce genre de pièce ultra-lumineuse, pour mieux passer l’hiver. Et des chambres, des lits pour accueillir les amis facilement !
Un genre d’espace de co-working aussi pourquoi pas, si il y a plusieurs travailleurs indépendants, étudiants, intellos curieux.

C’est absolument pas indispensable, mais si il y a des motivés pourquoi ne pas travailler à un projet commun, professionnellement ou pas ? (créer un lieu d’accueil, culturel, social ? Inventer quelque chose?)

Évidemment on se répartit les tâches communes et on se rend des services chacun selon ses aptitudes. Les enfants ne sont jamais seuls, les vieux profitent d’un environnement sécurisant. Et on se bidonne tous pas mal. (Je vous jure que j’ai des blagues plus drôles que chiche / kebab. :-$)

J’ai envie que l’écologie soit un facteur présent dans chaque décision, sans en faire pour autant en faire un diktat.
Ça peut être une utopie, un lieu d’expérimentation sociale, un projet de société. Oui, c’est intéressant. Mais moi c’est pas vraiment ma motivation. Je ne veux pas d’une maison-témoin, je veux juste un lieu léger, drôle, stimulant et chaleureux où il fait bon vivre. Un mini village solidaire.

Les habitants ? Idéalement divers et variés. Avec un socle de valeurs communes bien sûr, je ne demande qu’à voir mais on ne va avoir que des gauchistes pour envisager renoncer à ce genre de possessions individuelles non ? 😉 (La voiture mer elle est folle ! /o\)

A l’écoute des besoins de chacun, prêts à l’entraide, mais surtout non-jugeants, respectueux des libertés, choix de vie des uns et des autres, non-envahissants. Et à l’humour aiguisé, je l’ai dit déjà ?

Il s’agit souvent d’achat immobilier, mais ça serait chouette de pouvoir trouver une formule pour proposer un ou des logements en location à des gens qui n’auront pas la possibilité d’acheter.

Combien ? Je verrais bien un groupe constitué de 4 ou 5 foyers.

Où ?… N’importe où. Je suis bien en Lorraine, mais je crois que je pourrais être bien n’importe où en France tant qu’y a du wifi.. Je n’ai d’attache nulle part, j’ai la chance d’en avoir partout.200

Plutôt à la campagne quand même, plutôt pas isolé de tout quand même. Mais ça se négocie.

Dans mon plan idéal, on ne construirait pas un truc praticolomoderne, on redonnerait plutôt vie à un vieux lieu plein d’histoire (moulin, usine, presbytère, gare, hospice…). Mais ça je crois que c’est pour la carte postale.

Avec le temps, il y a une chose qui a changé. On s’embourgeoise, on s’oursonnise, je sais pas, mais je me vois plus sur un mode hameau de maisons maintenant, plutôt qu’une seule grosse bâtisse. Écologiquement c’est moins bon, et on partagera peut-être un peu moins de quotidien, mais je crois qu’on peut transposer beaucoup des principes énoncés ci-dessus. Je me demande si on n’y gagnerait pas en pérennité. Viens on fait un putsch dans un minuscule village et on lui redonne vie ?

Moi dans tout ça ?

Je suis prête à dire fuck yes. Je suis bien dans ma vie actuelle, sans ça je ferai d’autres choses, ça ne sera pas un regret (maintenant que j’ai tendu cette perche. ;-)). Mais si ça remue un peu, oui je suis à une période de ma vie où je suis prête à bouger et à m’investir, j’ai du temps et de l’énergie.

N’hésite pas à m’écrire, par mail en commentaire ici, ou sur un autre réseau. On peut en parler juste comme ça et se dire « Bon, je le sens pas finalement » sans scrupule. Si tu as un projet du-même-genre-mais-pas-vraiment dis le aussi : si c’est pas moi, ça intéressera peut-être quelqu’un d’autre ici. Si je peux vous mettre en contact, cette bouteille n’aura pas échoué nulle part ! :-)

Chiche ?

Published inNon classé

One Comment

  1. Moukmouk Moukmouk

    Tu connais sûrement le film « Demain » qui propose un truc qui ressemble beaucoup à ta proposition. Eux propose ce mouvement comme une opposition à la présente organisation économique et sociale … Je ne sais pas si c’est possible. Mais un espace pour être mieux dans un monde qui ne nous écoute plus… ça s’est possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *