Skip to content

La licorne et le Playmobil

 

On a commencé à bloguer côte à côte, avec la Fille aux craies, vers l’automne 2004. On s’est suivies, gentiment. Et puis un jour l’air de rien « ah ben oui, c’est comme moi avec ma muco blabla ». Et puis on en a plus beaucoup reparlé, c’était dit, c’est tout. Notre lien c’était la vie, pas la maladie, même si on avait des visions assez proches de l’une et de l’autre.

 

Un jour elle a commencé à parler vraiment de sa muco, c’était pas bon signe. Elle a balancé entre deux blagues le mot greffe bi-pulmonaire. Ca m’a fait bizarre, mais fallait surtout rien changer, continuer à déconner, parler de tout, au second degré toujours. « On va tous mourir, enfin surtout moi haha ! » « Truc-Astuce : pour que ton vomi sente bon, mange du melon ahah » « Si jamais je ne twitte plus, demandez des nouvelles à mes copains, le mot clé sera méga surprise ahah » Elle mettait la barre haute, et mes tentatives de premier degré gentil furent un échec. Ok.

Alors avec @AlbertineP on a fait « avoir un seul poumon de toi ». A voir sa réaction, on était sur le bon registre, alors on a continué. Un comité de soutien humoristique, des licornes roses, pour du soutien pas relou, ahah c’est pour de rire.
A nouveau des playmobils, une chasse à la glacière pour trouver un poumon, un chat qui bouffe un poumon ahah, des quizz en son honneur, du Rammstein, des jeux de mots débiles, crados, des vidéos secrètes en cantine Ouzbek, des gifs animés kitchouilles, ahah trop naze, elle va enrager, ahah !

Sourire, rire même. Parce que c’était grave. Alors rire encore plus. Flancher souvent, pleurer discrètement, mais vite, enfourcher de nouveau la rose licorne du mauvais goût. Tenir, et la faire tenir. Savoir aussi se faire plus discrètes, quand on pensait qu’il le fallait.

 

Et puis la greffe, tant attendue, source d’espoir, son dernier tweet, en moins de 140 caractères « On m’a appelée il y a 30 minutes, il semble que Léon est arrivé… En route pour le chu, à suivre… »

 

Et puis des complications. Là on rigole plus du tout, mais on fait comme si. On chante encore plus fort, on colle des licornes partout, On ricane dans un sourire jaunâtre, on se retient un peu d’être trop niais, parce que si elle voit ça à son réveil, oh purée la raclée qu’elle va nous coller !!!

 

Et puis hier matin, voilà, elle ne se réveillera pas, elle ne se foutra pas de nous.

 

On a fait les zazous furieusement, pendant 3 mois, on a serré les dents. La chute n’en est que plus rude, les vannes sont ouvertes et bien loin de se refermer. C’est probablement le plus dur deuil auquel je suis confrontée, y a pas un jour où j’ai pleuré autant.

Mais avec ce sentiment qu’on fait tout ce qu’on pouvait, même futilement, pas de regret. Alors ça ira. Encore plus épatant, on a touché beaucoup de monde avec le clip, on a fait parler du don d’organes. Et notre comité de soutien bidon a permi à beaucoup de trouver un moyen d’exprimer leur présence.

Alors malgré tout ça, je suis contente.

 

Une de ses amies m’a dit « c’est génial, t’as saisi sa psychologie »… Mais en fait, je crois que j’ai pas eu de mal, parce que j’ai plus ou moins la même. Ce truc que certains peuvent appeler une carapace… 🙂

Alors bon courage à vous, et vous avisez pas d’être niais, Claire et moi on vous a à l’oeil.

#bam.

 

Lire aussi des petits mots chez Dariamarx , Gilda et SasaTouitte

Published inVrac

40 Comments

  1. N’empêche que je pense que je vais avoir l’air con pendant un bon moment à chialer à chaque fois que je vois une glacière.

    • Moi pareil pour les playmobils et les licornes. Heureusement on croise moins souvent des licornes…

  2. voilà. épatant. Pas de regret, et puis pleurer c’est pas niais, c’est juste. Et ce refus de l’auto-complaisance comme un fil rouge.

  3. Et au moment précis où je poste ce commentaire ma mère demande depuis la cuisine “est-ce que vous avez une glacière?”

  4. Pierre-Yves B. (aka plein d'autres pseudos, hein mais tu t'en fous t'as mon facebook :D) Pierre-Yves B. (aka plein d'autres pseudos, hein mais tu t'en fous t'as mon facebook :D)

    Cette carapace, ce truc qui fait croire aux autres que tout va bien, parce que de toute façon, seul ceux qui ont eu un problème réellement chiant dans leur vie peuvent comprendre, parce que de tout façon si on se plaint, on les mets tellement devant leur sentiment d’impuissance qu’ils finissent par baisser les bras, parce que si on ne donne pas l’impression soi que tout vas bien, on finira aussi par baisser, soi-même, les bras. Ce n’est pas une carapace, qui serait résistante et protectrice, c’est un paravent, c’est une forme de pudeur, mais ça n’empêche pas d’en prendre plein la gueule tout les jours, ça permet juste de rester digne.

    Joli façon de lui rendre hommage, sans fard tout en étant en retenue. Si on peut faire quelque pour toi, aussi dérisoire que ce soit ou que ça ait l’air, hein… Bises.

    • Et puis un jour le paravent faiblit, t’es un peu moins digne et tu t’en prends encore plus plein la gueule. Héhé…
      Des bises, des petits mots, c’est déjà parfait, merci.

  5. J’ai trouvé Claire par hasard sur tweeter puis je t’ai trouvé toi en “suivant mes lapins blancs” après ce dernier tweet.

    Comme tous, j’ai espéré, j’ai fait un peu de buzz autour de ta vidéo et j’ai suivi tes tweets si dramatiques mais si pudiques.

    Jusqu’au dernier et là, comme beaucoup je pense, j’ai pleuré.

    Merci pour tout les anonymes qui ont pu soutenir l’espoir grace a ton relais, elle aura eu des folowers fidèles jusqu’au bout.

    Transmet a Supermari tout le soutien dont il doit avoir besoin.

    • Merci… Je t’avouerais que j’ai pas du tout aimé donner ses nouvelles ces derniers temps. Peur de l’impudeur justement, alors merci pour ce petit mot.
      On va essayer de soutenir supermari une dernière fois jeudi… Bises

  6. je manie bien l’humour noir, j’ai eu un fou rire en expliquant à des amis la mort inopiné d’un très bon collègue à moi bien trop jeune pour partir. z’hom est pareil mais effectivement c’est notre façon a nous de tenir le choc et cela fait déjà quelques temps que j’ai remarqué qu’il valait mieux aussi de temps en temps savoir lâcher les vannes un bon coups, même devant la petite maison dans la prairie si c’est ça qui va déclencher l’ouverture des vannes, c’est pas être niais, ça fait du bien tout simplement.
    Gros calin virtuel!

    • Oui, le problème quand tu ouvres pas souvent les vannes, c’est que le jour où ça arrive, le flot est violent. 🙂
      Bises

  7. Catz Catz

    Elle va me manquer, c’est épouvantable…

    • On va se serrer les coudes et s’accrocher à ce qui reste d’elle, et il en reste beaucoup…

  8. Flo Flo

    je ne sais pas manier l’humour sur ce genre de choses comme vous, je ne suis capable que de banalités… voilà moi j’ai espéré, j’ai pensé à elle, à vous, à ses proches et limite ce n’était pas possible que cela échoue.
    J’ai versé des larmes pour quelqu’un dont je ne connaissais même pas le véritable prénom.

    • Les gens qui parlent de “virtuel” n’ont rien compris…
      Bises

  9. hier soir dans le train clermont-paris, une famille devant moi se parle de glacière-ne l’oubliez pas, qui l’a prise, elle est où ? j’ai pas osé la chercher du regarder, juste pleuré discrètement. quelle histoire, quand même ! merci à toi !

    • Oui, il y a des détails qui vont rester. Quelle histoire, comme tu dis.

  10. Mimi Mimi

    Toutes mes pensées pour toi, Céline, et tous les autres, touchés de près ou de loin.
    De grosses bises.

    • Moi aussi. J’avais conscience des risques statistiques tout ça, mais pas que ça pouvait VRAIMENT lui arriver…

  11. mummoldue mummoldue

    Merci Célinextenso…
    C’est grâce à la fille aux craies que j’ai cliqué sur ton site (je me permets le “tu”?) et je n’ai pas été déçue du voyage…C’est de la même trempe…
    Je l’ai connue alors qu’elle n’était pas encore en mesure de bloguer ni même de parler puisqu’elle était encore en couches-culottes (alors jetables et non lavables…)
    Même si je suis d’une autre ère générationnelle et donc pas toujours apte à comprendre les subtilités de vos jeunesses, je suis devenue accro de vos blogs.

    • Oh, la fille aux craies en couches culottes, je suis sûre que ça dépotait déjà drôlement !
      Merci…

  12. Sam Sam

    J’ai un Playmobil sur mon bureau, j’aurais bien voulu montrer à La Fille aux Craies à quel point il est kitch. Une cycliste sur un VTT dernier cri, avec un joli casque rose et un cuissard rose, et un rose à lèvres scandaleux. Elle aurait peut-être ri.
    On va rire pour toi @fioocree, malgré tout.

    • Ah oui je vois c’est lequel ! (oui je connais TOUT le catalogue ^^)
      Effectivement il est bien kitsh, elle aurait aimé.
      Rions, oui 🙂

  13. Minnie Minnie

    Je vous envoie plein de petites pensées. Elles ne serviront peut être pas à grand chose… J’ai suivie sur twitter toute cette auto-dérision, puis ce clip, qui est devenu hymne dans ma maison, on était estomaqué par votre humour, par votre force de soutient. Croyez moi ou non, vous êtes des exemples, et je rêve de réagir ne serais ce qu’un quart comme vous le jour venu. Je te fais de bises de soutient, aussi réel que me le permette nos écrans respectifs.

  14. Merci d’avoir été un des “lapins blancs” que j’ai suivis après le 9 août dernier.
    Je n’arrive pas à écrire un message qui exprime à quel point la nouvelle de la mort de “fioocree” m’a chamboulée, moi qui ne la connaissais pourtant que depuis quelques mois et uniquement via Twitter, où nous n’avons échangé que sur nos expériences de jeunes mères.
    Je voudrais juste, si tu en as l’occasion et que ça te semble utile, que tu transmettes à son mari et à sa fille toutes les pensées d’une anonyme qui pense quotidiennement à eux depuis quelques jours. La vie n’a pas été tendre avec eux, j’espère que la suite sera plus douce.

    • Etre un lapin blanc était un honneur… dont je me serai bien passée… :-/
      Je crois qu’on est bien nombreux à être soufflés par cette nouvelle. La légèreté du virtuel en prend un coup. (même si pour moi elle n’était pas que virtuelle)
      La famille de Claire lira tes petits mots, merci et bisous

  15. J’ai suivi cette belle histoire (car oui, même si le final n’est pas à la hauteur de ce qui était attendu c’est une belle histoire) de loin, et je n’en reviens toujours pas à quel point ces liens pouvaient être forts entre vous.

    Ne connaissant pas la famille, et n’ayant été qu’un spectateur lointain (et amusé par cette vidéo si sympa), j’envoie juste quelques pensées positives à qui sera touché par ce départ. Bien à toi.

    • Tu as raison, l’onde de choc se dissipe un peu, et ce qu’il en reste c’est une très très belle histoire.
      Merci

  16. Je vois le billet que maintenant…
    (et puis je crois que je peux pas commenter en plus … juste un coucou…)

  17. valérie valérie

    Plein de bises.

  18. Ooops, je ne remets les pieds sur terre que depuis peu… et j’avais loupé tes derniers billets. Bisous tendresse…

  19. FredO FredO

    Celine, j’ai lu et relu ton billet. A chaque fois la même sensation, la même émotion … Un séisme revient toujours par réplique plus ou moins forte, plus ou moins visible. Ma vie personnelle a fait que j’ai subi une réplique très forte il y a deux semaines et depuis tous les jours de multiples petites répliques qui ne cessent de me rendre “triste”. Et pourtant, quelle chance j’ai eu … je pense très souvent à toi, à @AlbertineP, à son mari et à la petite, même si je ne vous connais que virtuellement ou pas du tout … La tristitude c’est vraiment merdique à vivre, mais beaucoup plus supportable à plusieurs même si parfois on se sent seule même si on est entouré … Je voulais juste vous remercier, de m’avoir aidé à aborder ce thème avec mon fils de 7 ans, qui me parle souvent de Léon, mais je n’ai pas encore réussi à lui dire que Léon n’a pas été à la hauteur, je ne lui volerai pas son insouciance et je renifle … Je vous embrasse toutes les deux, affectueusement.

  20. C’est con à dire, mais j’ai souvent pensé à vous 3 ces derniers mois – le clip, la chanson, toussa toussa. Et puis ce soir je me dis “tiens, ça fait longtemps que j’ai pas entendu parler de @fiocree , sûrement un bug de twitter, je vais voir ce qu’elle devient.
    Et là je me rends compte, que pendant mes vacances, il y a longtemps, longtemps, elle est partie. Merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *