Skip to content

Celinextenso Posts

Rien.

La palme de questions sociales gentilles qui me tuent en ce moment revient à

« Alors qu’est-ce que tu deviens ?! » Ben… RIEN.

Dernier traumatisme en date : je rencontre une fille qui était avec moi en primaire, pas revue depuis. Elle me présente ses deux enfants puis vient le fatal « Alors, à toi, qu’est-ce que tu deviens ? » Alors euh, « rien » ça se dit pas trop non. ‘rien » non plus. Euuuuh, vite, dire quelque chose. « Moi ben j’habite juste à côté ! »
Pa-thé-tique.

« Alors, qu’est ce que tu fais de tes journées en ce moment ?! » Ben… RIEN.

La question est encore pire parce que plus concrête, tu peux pas fuir. Je regarde la télé c’est pas valable. Je dors je mange et je bois du cappucino non plus.
Donc finalement je bredouille « ben en ce moment pas grand chose » que je pourrais, c’est vrai, réduire à RIEN.

Face à ça, différentes stratégies s’offrent à moi

– Pousser un hurlement strident, me boucher les oreilles et balancer ma tête contre un mur (ça j’évite)
– Eviter au maximum les gens susceptibles de m’asséner ce genre de questions, même si ils sont cool par ailleurs. (ça je fais)
– Devenir quelqu’un / quelque chose, faire quelque chose de mes journées (ça mérite réflexion)

Incompétence vs Patience

Le handicap, dans ma situation, bon c’est devenu une petite routine tout à fait gérable. Mais c’est dans des situations un peu annexes que ça peut devenir über-lourdingue. Exemple.

AVERTISSEMENT : la longueur de ce mail est proportionnelle à mes déboires

J’ai besoin de changer de position durant la nuit (vous aussi, jusque là rien d’extraordinaire), et pour ça j’ai un matelas « un peu » (très) spécial, avec un compresseur, des poches d’air, qui permettent de me mettre sur le côté, à l’aide d’une télécommande. Bref. Ce matelas qui me convient parfaitement n’est plus fabriqué, donc quasiment plus réparable (?), et il n’existe pas d’équivalent. Puisqu’il donne des signes de faiblesse depuis 2 ans, j’ai mis mon revendeur de matériel sur le coup.
« Ah ça n’existe plus du tout. C’est pas grave, on va adapter des contacteurs sur un autre type de matelas, on va t’en bricoler un, tu verras. Je te rappelle dès qu’on a fait ça. »
Oui parce que tu es handicapée, donc on te tutoie. (il m’a connu à 20 ans, pas gosse, donc pas d’excuse) Et bien sûr ils ne rappellent jamais, c’est à toi de les harceler pour avoir des news. Deux ou trois essayages de leur bricolage qui ne convient pas du tout, et je sens leurs ambitions et motivations flancher. Sont pas ingénieurs en même temps, à chacun son job. En plus, le jeune stagiaire technico-commercial à qui ils avaient confié cette tâche (non vous ne rêvez pas) a fini son stage chez eux alors ils sont tout perdus, et lâchent l’affaire.

1er septembre 2010 : Mon matelas flanche VRAIMENT. Il marche encore mais à moitié, c’est à dire côté gauche, ou côté droit, mais pas les deux en une seule nuit. J’arrive encore à dormir, mais sommeil moins bon et plus de douleurs. Je les appelle donc et décrête l’état d’urgence, trouvez moi quelque chose RAPIDEMENT ! « Ah oui oui, on a une nouvelle idée pour bricoler quelque chose, je t’oublie pas, j’attends juste de recevoir une pièce et je te rappelle !« 

Fin septembre, je fais mes recherches, et finis par trouver un lit médicalisé qui semble avoir les fonctions que je recherche. Je les appelle donc, reprenant espoir. « Ah oui effectivement, je connais ce lit, mais je pensais que tu voulais un matelas seulement« . Mais je veux pouvoir me retourner la nuit, qu’importe le moyen, merde ! « Alors tu veux l’essayer ? » Ben oui, et VITE. Ils font donc la demande au fabricant.

Début Novembre : on vient enfin m’amener ce lit magique à l’essai, et c’est un grand moment que je vis. Il sont à 4, m’envahissent littéralement. La porte est un peu petite pour passer le lit, alors la dame préfèrerait le passer par la porte-fenêtre, qui donne sur mon jardin CLOS. « Ah, c’est peut-être pas faisable, hein, de découper votre grillage ?« . NON effectivement. Et déterrer ma haie non plus, ce n’est pas faisable, merci ! Je soulève alors un problème qui me semblait naturel « Hum, si la porte d’entrée pose problème, ca va aller pour l’amener à ma chambre ? » La dame ne jette même pas un regard au couloir en question, rigole un coup et me dit « Ah non on va pas se compliquer les choses hein, ça l’est déjà assez ! » Ah…. Donc on opte pour me mettre un gros lit médicalisé dans le salon ?… Ah ben soit. On m’a pas trop demandé mon avis hein. Ca l’amuse même bien, la dame, « Ah ah, et puis vous pourrez inviter des gens à dormir ! » Oui, mais pas à manger, puisqu’il n’y a plus de place à table, et que je peux à peine rentrer dans la pièce. Zen. Disons que ça n’est que pour une semaine de prêt. Je vous passe énormément de problèmes techniques, résolus par des bricolages peu engageants, puis vient LE gag.

Après plus d’une heure d’installation, au moment de tester le lit, on me présente d’énormes boutons bien trop durs pour mes petits doigts, impossible de l’utiliser. Tout ça, pour rien. La dame ne lâche pas le morceau pour autant, elle veut m’installer un genre de tablette pour poser la télécommande dessus, c’est sûûûr que j’y arriverais mieux. « Non madame, je vous assure que ça ne changera rien, je connais mes capacités » « Ah oui oui, bien sûr, vous savez… Et sinon vous avez plus de force dans la bouche éventuellement ?« … HEIN ?! Non mais trouvez moi juste des boutons normaux, j’ai toujours utilisé des télécommandes, on va pas me mettre une commande à la BOUCHE !

C’est un des jours de ma vie ou je me suis sentie le plus handicapée, sincèrement. (Parce que je vous ai épargné de nombreux épisodes sur le même thème. Comment médicaliser/problématiser ta vie toute cool en un claquement de doigts)

Bref, la dame me promet qu’elle fait envoyer dès ce soir d’autres boutons, plus faciles (scpeticisme), je les aurai dans ma boîte aux lettres demain, je garde donc quand même le lit.

24 novembre : Après moult appels et rappels, il s’avère qu’ils ne trouvent pas d’autres boutons (!) alors ils viennent reprendre le lit (parce que, c’est peut-être pas pratique pour vous qu’il y ait ça dans votre salon ?), et m’en livreront un autre la première semaine de décembre ! Ouf, double soulagement, je peux reprendre possession de ma pièce, après un mois d’occupation intuile…

Hier matin (deux mois après la date prévue, ça vous étonne ? Moi plus du tout), on vient me livrer le lit. J’insiste pour l’avoir dans ma chambre, puisque je peux éventuellement le garder un moment, victoire. Il manque des vis (!) et des bouts de matelas (oui, oui…), alors les gars repartent en me disant « Ecoute, ne t’inquiète pas, on repasse dans la journée » (me demander si j’ai prévu d’être chez moi ? naaan). Je dois ensuite les rappeler pour leur dire que les roulettes du lève-personne (indispensable pour me porter) ne passent pas sous le lit, qu’il faudrait le surélever avec des cales (un lit sur roues, mais bon, soit). 15 heures, les gars reviennent, et me disent « ah oui on m’a appelé pour me dire qu’il y aurait besoin de cales… Mais bon j’ai rien moi. Enfin j’ai de la mousse, on va faire des cales en mousse. » Des cales en mousse. Quelle merveilleuse idée. « Mais la mousse va s’écraser… Non ?… » « Oui, bien sûr, mais on va garder une petite épaisseur, on va essayer !« … 30 cm de mousse sous chaque roue, qui en donne à peine 1cm une fois ecrasé, mais effectivement, ça passe juste. Le gars est tellement fier de lui, et repart.

Une heure plus tard, je retente et EVIDEMMENT ça ne passe plus. Je rappelle vite avant le fatidique vendredi soir ! D’autres gars reviennent donc à 18h, avec des cales de bois, totalement hilares à l’idée de la connerie de leur collègue, et prennent en photo les pseudo cales écrasées sous les roues (je regrette de ne pas l’avoir fait aussi !) et corrigent le tir. Ouf.

Alors voilà. Cette nuit j’ai testé le lit tant attendu, et, oh merveille, je crois bien qu’il va me convenir. Aurait-on enfin trouvé une solution de remplacement valable ? Gros soulagement.

Mais ce qui me pousse à vous raconter tout ça c’est que… Ce matin, je me réveille en douceur, et savoure la chance de pouvoir me retourner dans mon lit et… clic… clic… clic…

Le lit est juste en panne.

Et je me trouve tellement philosophe, ça me fait presque rire, pas vous ? :-)

(PS amusant : ce lit coûte 15 000€, non je n’ai pas fait de faute de frappe, alors on pourrait espérer qu’à ce prix là, il marche un peu plus qu’une nuit. Notez aussi comme ils ne se bougent pas plus pour me fourguer un lit aussi « rentable »…)

L’incompétence – Lynda Lemay

EDIT (ils lisent mon blog ou quoi ?)

Lundi matin, je leur laisse un message pour signaler la panne. Ils me rappellent. Ils m’informe que quelqu’un passera à midi et me demandent si je serai là ! Le gars vient, constate de plus près, et repart bredouille.
Ce matin, ILS ME RAPPELLENT (j’ai dû rêver, c’est trop irréel), m’envoient un autre type à 14h, me re-demandent si l’horaire me convient. Le gars arrive, et je l’adopte comme technicien exclusif : compétent (mon lit remarche, c’était un problème de tige déviée qui appuyait sur un capteur), il écoute ce que je dis, le prend en compte, et m’explique ce qu’il fait / comment ça marche, sans me prendre pour une conne !

OUF. Jusqu’à la prochaine fois, bien sûr. :-)

Jeudi confession : J'ai pas pleuré à la fin de la série 6 feet under

Je suis donc sans coeur, CQFD.

Bon voilà, je suis pas fan de séries à la base, mais puisqu’on m’a offert l’intégrale, j’y ai goûté et ai succombé, je le reconnais. 5 saisons avalées en 18 jours, comme un film de 60h. Alors forcément, on s’attache et on appréhende la fin. Deux épisodes avant l’échéance, je suis assomée, lessivée (bon je rentre pas dans les détails pour ceux qui n’auraient pas encore goûté à cette petite merveille), et je me dis que si ça continue à ce rythme émotionnel, la fin va me pousser droit au suicide, je regrette presque d’avoir mis le nez là dedans, commence à dire adieu à mes peluches préférées…

Et puis finalement non. La scène finale est d’une infinie douceur, sèche mes larmes passées, me laisse totalement sereine.

Je vais donc partager ça et Cragnou me dit « C’est horriiiible hein la fin, t’as pleuré tout ton coeur ?! »… Euh… Quoi donc ? Tu parles de QUELLE fin là ?… Comment pleurer ? On te montre que des images de bonheur futur, on te rassure sur l’avenir des perso ! « Mais attends, ils vont MOURIR après ! » Alors oui, effectivement, j’avais zappé ce petit détail, mais on voit l’un mourir à 85 ans, l’autre à 73, et elle là, à 102 ans putain, c’est une bonne nouvelle, pas une mauvaise ! 😀

Alors je suis allée fouiner sur les forum (histoire de ne pas rester sur cette belle sérénité ^^), et effectivement, 90% des gens ont trouvé la fin triste à chialer.

Je trouve ça hallucinant et triste à chialer (deuz, oui), de s’effondrer en « apprenant » que les gens meurent à la fin de leur vie. Ohé, on vous l’avait pas dit ? En cours d’histoire vous avez dû passer des heures atroces à pleurer tous ces gens morts ! :-) Oui, Jean Moulin est mort, lui aussi, oui.

Je n’ai vu qu’une seule info : ils auront de vrais bouts de bonheur, ensemble. La mort, après ça, ne peut pas être triste. Je ne comprends pas.

Sinon #jeudiconfession c’est une tradition conceptuelle sur twitter, tous les jeudi. Je me dis que si j’en fais une catégorie sur ce blog, à développer en plus de 140 caractères, ça me forcera à poster au moins une fois par semaine ! ^^ (quand j’aurai laissé tomber le rythme quotidien)

Valérie Damidot fait les poubelles (exclu !)

Phase 1 : Matériel de base.poup

A noël, Sarah m’offre un sticker mural de poupées russes. Bonne idée ma foi, elles sont grises puisque mon salon est vaguement axé gris + rouge. Reste à savoir quoi en faire. En bas du mur ? Plus haut ? Tiens je pourrais les mettre en valeur avec une petite étagère ou dans un cadre, rouge de préférence… Ouais, à mûrir.

Phase 2 : Faire les poubelles.

Ou plus softement « visiter mon local à poubelles » que certains de mes voisins ont tendance à considérer comme un dépotoir / garde-meuble / vide-grenier, ainsi on peut y trouver une machine à laver, un salon de jardin, des étagères, un fauteuil de bureau, une bascule pour enfant, une table à repasser, des coupes à champagne… Parfois HS, parfois pas du tout. Et bien sûr personne ne viendra enlever ça alors ça s’accumule !

Tant pis ou tant mieux, j’y fais mon marché.

Ce jour-là, c’était mon anniversaire et les voisins m’ont fait un beau cadeau ! Je suis rentrée chez moi (aussi discrètement que possible mais le bazar était imposant) avec une superbe peinture champêtre représentant une scène au bord d’un moulin. Mais le but était bien sûr de désolidariser la peinture du cadre : genre vieux, avec dorures et liseré de velours rouge !!! Quelques petits clous plus tard c’était fait ! (la peinture est aujourd’hui dans mon cagibi, et quand me viendra l’inspiration divine pour la customiser comme il faut, elle aura peut-être le droit d’être exposée dans mes toilettes)

Phase 3 : Maturation et finalisation

Je vous épargne les 3 semaines de questionnement du genre : Les 6 poupées russes ne rentrent pas dans le cadre, que faire des autres ? En bas ou au milieu du cadre ? De gauche à droite ou de droite à gauche ? Ficelle du cadre ou pas ficelle ? …

Voilà juste le résultat :

poupcadre1

Et la petite dernière

pouplivres

Le nez dans le moteur

Oups pardon, j’ai du cambouis un peu partout, c’est que j’essaye de remettre ce blog en état. J’ai réparé quelques liens cassés (flux rss dans l’entête), ébauché une liste de liens (très provisoire mais c’est pour donner un peu de forme à tout ça), supprimé deux trois trucs inutiles, rajoutés deux ou trois trucs (parfois inutiles) comme une case à cocher pour être notifié des commentaires suivant le vôtre, un bouton pour retweeter mes posts ou les partager sur facebook, un bouton like pour vos commentaires, une newsletter (enfin un truc pour être notifiés par mail des prochains articles quoi)…

Le plus amusant c’est que j’y connais pas grand chose, donc je demande l’avis de google, je remplace dans le CSS un mot que je connais pas par un autre mot que je connais pas (et même, ça marche), je passe mon site en « php5 » en écrivant tout naturelement « php 1 » (mais google m’a dit… et oui, ça marche) (et non, je ne sais pas ce que c’est php5). Je fais des coupes un peu hasardeuses dans le CSS genre « je coupe avant « class=clear » ou après ? Oh ça a pas l’air de servir à grand chose, je vais l’enlever ».

Donc voilà, ça ne me semble pas encore trop cassé, mais si vous voyez un truc qui ne marche pas, n’hésitez pas, je le prendrais pas mal et je préfèrerais le savoir.

Et puis tant qu’on y est, si il y a quelque chose qui vous fait mal aux yeux, qui vous semble pas pratique, je prends aussi. Ou quelque chose que vous aimeriez pouvoir voir/faire. Ou si vous connaissez des plugins sympas.

A vous les studios.

2017

J-3 : Je vois sur internet un gars qui propose de donner de la terre végétale, mais qui ne sera dispo qu’en juin 2011 ! Ahah je me gausse ! Le type ultra prévoyant, qui n’a même pas commencé à construire sa maison, mais qui prévoit déjà que dans 1 an 1/2, il aura de la terre en rabe ! Trop drôle.

J-2 : De gros travaux en ville, un parking condamné depuis plusieurs mois déjà. Je regarde le panneau indicatif, et lis « début des travaux en août 2010″… Waouh, mais ils font chier, alors ça veut dire qu’ils nous emmerdent depuis des mois, alors qu’ils n’ont même pas encore commencé les vrais travaux !!!…

J-2 un peu plus tard dans un magasin, je vois une pancarte « collection automne 2011″… Oh ?… Là, perspicace, je sens un petit malaise. Alors… Euh… Voyons voir, j’ai 31 ans donc… Ah ouais merde… « Alex on est en 2011 ? Ouais c’est bien ce que je me disais. »

JE NE SAVAIS PLUS DU TOUT EN QUELLE ANNEE ON ETAIT.

Flippant, un peu.

Je crois qu’il est temps que j’arrête de le laisser filer.

J’ai beau ne plus être un enfant, je me prends par la main et je reprends la pratique du blog (et des blagues douteuses, genre une quinzaine de mots plus tôt, désolée).

Ca n’a peut-être, apparemment, aucun rapport avec la date mais tant pis ! Et puis tiens, en parlant de date, j’avais commencé à bidouiller ce new blog en août 2010 (SI, 2010, n’essayez pas de me faire douter, je suis très au point maintenant ! ^^), alors tant pis, il est encore très « brut » et évoluera (ou pas) sous vos yeux, mais si j’attends une fois de plus, qu’il soit tout beau pour vous le présenter, vous ne le verrez jamais.

Ce qui va changer, en plus du décor et de l’URL, c’est :

– La fréquence : beaucoup, beaucoup plus souvent (mais c’est pas un exploit) (du moins jusqu’à ce que je m’en lasse)

– Le contenu : Je vais arrêter de considérer ça comme des « articles », mais m’autoriser aussi des publications très courtes, voire même juste en image, parce que des fois ça suffit (effet twitter). Du coup, le contenu changera sûrement en conséquence.

Allez, prochain article demain, en 2011, parce qu’il le faut. :-)

Tout va bien

Au rythme où vont les choses, l’ouverture de ce new blog est annoncée pour le mois d’octobre 2017.
Ca tombe bien, on est pas pressés !

:-)